Voir fiche technique

Fiche Technique

Restructuration / MOP

Maître d’ouvrage
Inserm

Montant travaux
9 M€ HT

Shon
4 520 m2

Réalisation
2012 – 2016

PROGRAMME

Animalerie (700m²), locaux de recherche (2700m²), laboratoires avec niveau de sécurité biologique L1 et L2, locaux techniques.
Bureaux, hall, cafétéria.

COMPOSITION DE L’ÉQUIPE

Architecte mandataire
Atelier d’Architecture Michel Rémon

BET TCE
SNC Lavalin

BET acoustique
Accord acoustique

Conseil labo / animalerie
2B concept consulting

 

Crédits : Cave Canem

Centre de Psychiatrie et Neurosciences / Inserm

Paris XIVe

CENTRE DE PSYCHIATRIE ET NEUROSCIENCES / INSERM

Paris XIVe

Unité graphique, solutions thermiques

Cinquante ans après sa construction, la « Barre bleue » du Centre hospitalier Sainte-Anne (CHSA) abandonne sa spécialité psychiatrique pour accueillir la recherche neurobiologique de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM), ses laboratoires et sa grande animalerie, comprise dans une extension de 155 m2 en rez-de jardin. Une seconde vie prestigieuse s’annonce pour ce bâtiment bien visible, au centre de Paris, à l’angle des rues d’Alésia et de la Santé.

« Sans faire table rase de son passé, la mutation de ce bâtiment lui donne une nouvelle chance, explique Michel Rémon. Sa volumétrie, désormais plus apparente, renforce son statut emblématique. Son fonctionnement intérieur se modernise, selon des critères de sécurité, de durabilité, de prix et de confort contemporains. »
La restructuration profonde du bâtiment conserve uniquement sa carcasse de béton, ses pignons, poteaux et planchers. Elle ouvre ainsi le champ des possibles : la destination des surfaces – dont l’essentiel revient à l’INSERM – évolue, et le confort des occupants prend un nouveau cap.

L’isolation par l’extérieur du bâtiment orienté nord-sud protège les façades est et ouest de l’implacable chaleur d’été. Au-dessus du rez-de-chaussée en béton naturel brut, les façades nouvelles se glissent sous de fines doubles peaux. À partir du premier niveau, leurs éléments métalliques orientables forment un subtil moirage gris. Une élégante abstraction graphique qui se prolonge avec le traitement soigné de la cinquième façade : la terrasse est coiffée d’une « rehausse » masquant les équipements techniques de toiture par des ventelles verticales en aluminium et une couverture en ventelles horizontales métalliques.

« Les murs rideaux contemporains affichent en beauté leurs partis pris thermiques et donnent à la façade l’occasion d’exprimer son rapport au soleil. »

Centre de Psychiatrie et Neurosciences / Inserm