Voir fiche technique

Fiche Technique

Marché d’études

Maitre d’ouvrage :
Ville de marseille
Ministere de la defense – mission pour la realisation des actifs immobiliers (mrai)

Superficie :
160 ha

Superficie : 
10 hectares

Réalisation :
2007 – 2008

PROGRAMME

-Etude urbaine du quartier de la belle de mai
-Reconversion des casernes.

COMPOSITION DE L’ÉQUIPE :

Architecte mandataire
Atelier d’Architecture Michel Rémon

Urbaniste
Citequanon / Camille Hagege

Paysagistes
Jacques Coulon
Linda Leblanc

BET
Iosis conseil

Étude urbaine du quartier de la Belle de Mai et reconversion des casernes

Marseille (13)

Belle et vivante

Menée à la demande de la Ville de Marseille et du ministère de la Défense, l’étude urbaine du quartier de la Belle de Mai devait trouver une nouvelle destination à 60 hectares, dont 20 étaient encore occupés par des bâtiments militaires obsolètes. Destinés à être revendus par l’Armée, ces édifices massifs côtoient ou tournent le dos aux autres éléments urbains. D’anciens couvents s’imbriquent ici dans un maillage pittoresque de petites maisons de rapport « à trois fenêtres », construites pendant des décennies et désormais typiques de ce quartier populaire.

Pour redonner vie à ce morceau de ville enclavé sans altérer sa personnalité, lui rendre sa place au cœur de Marseille en l’élevant au rang d’écoquartier, Michel Rémon, Camille Hagège, urbaniste et Jacques Coulon, paysagiste, ont proposé sa métamorphose sous un angle entièrement éco-responsable.

Du chantier propre à la réfection complète des réseaux d’eau, ils ont soigneusement étudié chaque phase pour économiser l’énergie, préserver l’environnement et optimiser le confort des habitants. Ils ont ainsi proposé la création d’une ligne de bus desservant tout le vallon par son artère « irriguante » : la rue de la Belle de Mai. Cet axe majeur, élargi pour accueillir un mode de transport collectif, prendrait une fonction urbaine à l’échelle de la grande ville. Tout en gardant sa perspective, son climat, il contrasterait alors avec les ruelles adjacentes. Traversées mais intactes, ces rues à l’âme villageoise préserverait l’ambiance du quartier telle que les Marseillais l’apprécient, au creux de leurs murets et de leurs jardins odorants.
« Pour ce projet imaginé dans un contexte économique contraint, la reconversion des casernes en logements collectifs ou en équipements publics a été recommandée pour redonner vie aux bâtiments existants. »

Étude urbaine du quartier de la Belle de Mai et reconversion des casernes