Voir fiche technique

Fiche Technique

Restructuration / MOP

Maître d’ouvrage
EPAURIF

Montant travaux
29 m€ HT

Shon
17 800 m2

Réalisation
2013 – 2016

IDENTIFICATION DE L’OPÉRATION

Réhabilitation du 54 boulevard Raspail à Paris : bureaux (6573 m² utiles), salles de cours (913 m² utiles), salle modulable de 100 places (150 m² utiles), centre de documentation (1419 m² utiles), cafeteria (152 m² utiles), réfectoire (634 m² utiles).

COMPOSITION DE L’ÉQUIPE

Architecte mandataire
François Chatillon Architecte (ACMH)

Architecte associé
Atelier d’Architecture Michel Rémon

BET TCE
IGREC Ingénierie

BET façades
Roux Ingénierie Structures

BET désamiantage
ANTEA group

Maison des Sciences de l’Homme / EPAURIF

Paris VIème

Science et patrimoine

Conçue sous l’impulsion de Fernand Braudel, la Maison des sciences de l’homme a été construite par les architectes Marcel Lods, Paul Depondt et Henri Beauclair au 54, boulevard Raspail, dans le courant des années 60. Cette « Maison » est assurément l’une des plus remarquables constructions de la seconde moitié du XXe siècle. Inattendue dans son quartier post-haussmannien avec ses volets métalliques en accordéon, elle est parfaitement reconnue par les parisiens… et admirée par les architectes, pour son étonnante exo-structure.

Pour optimiser son usage et mettre en lumière sa formidable valeur patrimoniale, François Chatillon, architecte en chef des Monuments historiques, et Michel Rémon, la restaurent dans les règles de l’art.
Le cloisonnement intérieur a été repris en respectant la trame de façade, mais tous les éléments constitutifs de l’identité visuelle du bâtiment ont été minutieusement conservés. Parmi eux, les fameux volets métalliques ont retrouvé leur ballet graphique en façade grâce à la réparation de leurs mécanismes d’ouverture manuelle, quinquagénaires souvent coincés par l’usure.

Le bâtiment a été mis aux normes de sécurité actuelles, notamment anti-incendie, avec un escalier encloisonné dans des parois vitrées à tous les niveaux, sauf au rez-de-chaussée. Ce dernier conserve ainsi sa spatialité extraordinaire : exposé depuis l’origine dans de très grandes baies vitrées, il met en lien la rue et le jardin entre lesquels il se situe.
La répartition de l’espace intérieur a été revue pour le plaisir de l’habiter, apportant à ses occupants un nouveau confort thermique et acoustique. Une grande bibliothèque s’est installé au premier étage, une mutation du premier sous-sol a ouvert l’espace d’enseignement et un restaurant a été implanté dans la lumière d’un patio, au rez-de-chaussée, en lieu et place d’un vaste parking.

« La restauration du bâtiment modernise son fonctionnement mais elle valide également son inscription à l’inventaire des Monuments Historiques. »

Maison des Sciences de l’Homme / EPAURIF