Voir fiche technique

Fiche Technique

Extension / MOP

Maître d’ouvrage
Ville de Dijon

Montant travaux
16 M€ HT

Shon
9 160 m²

Réalisation
2006 – 2010

 

PROGRAMME

Restructuration et extension du parc municipal des sports Gaston Gérard – 22 000 places assises à terme (création de 10 587 places en première phase).

COMPOSITION DE L’ÉQUIPE

Architecte mandataire
Atelier d’Architecture Michel Rémon

Concepteur lumière
Coup d’éclat

BET TCE et Economiste
IGREC Ingénierie

Stade Gaston Gérard / Dijon

Dijon

Redéfinition d’une courbe

Pour accueillir les matches de Ligue 1, le stade Gaston Gérard s’offre une extension en deux manches. La compétition l’exige, la Ville de Dijon doit donc muscler sa capacité d’accueil et offrir, au final, 22 000 places assises couvertes. Le coup d’envoi de la reconstruction, lancé par Michel Rémon, détermine l’échelle du stade à venir, qui sera achevé en fonction des souhaits du maître d’ouvrage et des résultats du club.

Discrétion formelle

Tapi dans un parc urbain de belle qualité, très proche de la ville, le stade esquive toute  monumentalité. Monolithe aux angles arrondis, il laisse glisser l’œil sur ses formes élémentaires pour se fondre dans son environnement boisé.

« La compacité de l’arène et l’effet de chaudron autour des joueurs » recherchés par l’architecte adviennent « simplement », par l’unité donnée au plan général. La première phase – réalisation des « petits côtés » (tribunes nord et sud) – préfigure la silhouette homogène de toutes les tribunes et circulations du stade. Cette phase prévoit le raccordement de toutes les tribunes et annonce leur courbe définitive dans le dessin de l’enveloppe et de la toiture, dans les trames structurelles et dans les circulations. Esthétique et sécurité évoluent ensemble ; les escaliers, ascenseurs et dégagements qui assurent la desserte du stade, montrent dès la première tranche l’efficacité exigée en phase définitive.

Fluidité intérieure

Pour produire, à l’intérieur comme à l’extérieur, un effet remarquable de « Colisée, d’arène continue », aucun vomitoire ne vient troubler la continuité des 25 rangs de tribunes basses. Situées à 1,40 m au-dessus du niveau du terrain pour garantir la sérénité des joueurs, ces tribunes sont desservies par un déambulatoire qui les domine. Au niveau du sol, de vastes espaces protégés par la couverture en Kalzip accueillent les temps de convivialité, avant le match et pendant la mi-temps. En haut du stade, trois rangs de tribunes prolongent les salons et loges. Ces espaces bénéficient d’une vue époustouflante, dos au stade, sur la ville de Dijon et sa campagne.

 

« L’aluminium dont est habillé le stade contribue, comme ses courbes, à estomper ses lignes : sa clarté lumineuse se confond avec celle du ciel. »

Stade Gaston Gérard / Dijon